ZAKAT AL MAAL, UN DROIT POUR LES DÉMUNIS, UN DEVOIR POUR LE CROYANT

Zakat al Maal : un des principes fondamentaux de la religion musulmane

Faisant partie des 5 piliers de l’Islam, la Zakat al Maal (aumône légale) est pourtant souvent négligée par bon nombre de personnes pourtant « éligibles » à ce devoir.
Les textes sont précis : à chaque année lunaire écoulée, tout musulman se doit de prélever et reverser, en faveur des personnes dans le besoin, 2.5% du montant de son épargne, si le seuil de richesse imposable a été atteint (appelé Nissab, équivalant à 85 gr d’or).

Malgré son importance capitale et son caractère obligatoire, la Zakat est souvent délaissée ou parfois méconnue de certaines personnes, du fait d’un manque de communication ou d’intérêt porté à ce devoir social et religieux.

« Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la prière et de s’acquitter de la Zakat ; et voilà la religion de droiture. »
Sourate 98, verset 5

Zakat al Maal lutte contre les inégalités sociales

L’Islam est une religion dont les fondements reposent sur la fraternité, l’amour et la solidarité. Mentionnée à 32 reprises dans le Coran, dont 28 fois associée à la prière, la Zakat al Maal a été prescrite pour pallier les inégalités sociales, limiter la thésaurisation et favoriser la circulation des actifs. C’est pourquoi Dieu a ordonné à Ses fidèles, dès lors qu’ils remplissent les conditions requises, de s’acquitter de cet « impôt social » au profit des nécessiteux.

Encore éloignée des préoccupations de certains, la Zakat  joue pourtant un rôle essentiel dans le combat des ONG contre la précarité. Ce « droit du pauvre sur les biens du plus riche » constitue un allié précieux pour lutter contre les disparités sociales et mener à terme d’audacieux projets humanitaires, comme l’autonomisation des populations à travers des projets de développement et d’eau et assainissement.

sourires d'enfants réfugiés syriens grâce à votre zakat al maal

Firdaous Charity France apporte le sourire aux plus démunis
grâce à votre Zakat al Maal

C’est dans ce contexte que la mission de Firdaous Charity France prend tout son sens. Bien qu’utopique, l’espoir d’éradiquer la pauvreté dans le monde anime profondément tout ce que nous entreprenons. Conscients de la difficulté des ménages à faire face au coût de la vie de plus en plus élevée, il est néanmoins de notre devoir de rappeler le caractère important et urgent de cette aumône légale et, donc, son versement dans les temps impartis suite au calendrier hégirien.

Nous menons de front notre campagne pour mettre en lumière le rôle fondamental de Zakat al Maal et éclairer les donateurs sur les conditions d’éligibilité requises, encore mal comprises ou mal-interprétées.

La Zakat al Maal un don qui contribue aux actions humanitaires de FCF

Chaque année, la collecte de la Zakat relève de notre responsabilité pour faciliter aux musulmans de France leur démarche et, consécutivement, contribuer à financer les actions de solidarité des ONG.

Votre Zakat représente une source de financement essentielle pour des associations comme FCF et constitue un fonds à part entière.

Depuis près de vingt ans, nous œuvrons, grâce à vous, à soulager la détresse des plus démunis et leur rendre le sourire. Cette année, le don de votre Zakat bénéficiera au soutien des orphelins que l’on parraine, à l’aide alimentaire et à notre fonds d’urgence pour secourir les sinistrés où qu’ils se trouvent et dans la réactivité indispensable à une action d’urgence. Sauver des vies.

Votre Zakat al Maal est une amana, un dépôt ; il est de notre devoir d’en assurer la redistribution à bon escient, et ce dans le strict respect des règles édictées par les textes islamiques.

sourire d'enfants réfugiés syriens grâce à votre zakat al maal

« L’aumône que l’on fait ne diminue en rien notre richesse. Allah n’ajoute au serviteur indulgent que considération.
Nul ne se montre humble pour Allah sans qu’Il ne l’élève. »
Hadith – Muslim, n°556

FAQ ZAKAT AL MAAL

La Zakat al Maal, aumône obligatoire, est le troisième pilier de la religion musulmane. Son but est de favoriser l’équilibre social et la solidarité des plus riches envers les plus pauvres tout en aidant à réduire le monopole de l’argent et encourager la circulation des actifs.

Elle est toujours jumelée avec le pilier de la prière et leurs rangs d’obligation sont proches.

La Zakat est un impôt sur l’épargne, les thésaurisations et les capitaux, pas sur le revenu. Exemple :

  • Si une personne gagne 1800€ par mois et possède une épargne supérieure au nissab*, il doit donner la Zakat al Maal chaque année tant que ses avoirs ne diminuent pas.
  • En revanche, si une personne gagne 12.000€ par mois mais dépense chaque mois ses revenus, même pour des loisirs, au point de n’avoir de côté que quelques euros ou même rien, il ne sera pas redevable de la Zakat al Maal puisque ses revenus sont dépensés dans l’économie et participent à faire travailler les entreprises et commerces.

La Zakat est un impôt social que chaque musulman dont la richesse (épargne) dépasse le Nissab* doit verser aux pauvres une fois par an. Nous verrons plus bas les modalités de calcul.

La Zakat el Maal est un devoir, pas une charité ou une faveur. Elle est le droit du pauvre sur les biens du plus riche. Sa récompense est importante, sans compter ses avantages matériels et spirituels.

Une personne n’ayant pas payé sa Zakat al Maal en est redevable toute sa vie. C’est une dette dont elle doit s’acquitter et devra en parler à ses héritiers si elle la doit toujours pour qu’ils la versent à sa place en cas de décès.

Les enfants vivant chez leurs parents doivent aussi verser la Zakat sur leur épargne.

Si cet argent est géré par les parents (enfants très jeunes par exemple), ce dernier sera à confondre avec leurs propres capitaux dans les calculs pour atteindre le nissab. Si les enfants sont indépendants concernant leurs finances, ils ne devront verser la Zakat que s’ils atteignent le nissab individuellement.

Le nissab est le niveau minimum d’épargne (y compris les sommes présentes sur les comptes courants et les espèces en sa possession) à partir duquel on doit s’acquitter de la Zakat. Selon les écoles, c’est l’équivalent de 85 grammes d’or ou de 595 grammes d’argent. Le Nissab dépend donc du cours de l’or ou de l’argent selon le pays et l’actualité économique. En France il a été estimé, en novembre 2022, à environ 4.700 € selon le cours de l’or et 563€ selon le cours de l’argent.

Traditionnellement, dans le Maghreb, la Zakat al Maal est versée le jour de achoura (10 du mois lunaire de Muharram (1er mois lunaire)).

Les personnes un peu plus « instruites » ont tendance à verser leur Zakat pendant le mois de Ramadan, car les actions y sont beaucoup plus méritoires.

Quoi qu’il en soit, il faudra se baser sur un calendrier (lunaire) que l’on s’est fixé et s’y tenir. Par exemple, si j’ai versé ma zakat au mois de Ramadan de l’année dernière, je dois la verser à la même date l’année suivante.

La Zakat est à verser chaque année lunaire, toujours à la même date.

La date de référence est celle ou l’épargne atteint pour la première fois le niveau du nissab.

Après l’écoulement d’une année lunaire complète (nommée Al Hawl), on vérifie que l’épargne est toujours supérieure au nissab, auquel cas on devra s’acquitter de la Zakat al Maal et ainsi chaque année à la même date, tant que les sommes possédées restent supérieures au nissab.

Exemple :

Linda, une étudiante nouvellement diplômée, décroche son 1er emploi et, ne possédant que 300€ sur son compte, décide d’économiser 200€/mois sur son salaire.
Au bout de 12 mois, elle possède déjà les 300€ de départ + les 2.400€ économisés, soit 2.700€.

Le nissab étant de 4.700€, Linda n’est pas encore assez riche pour être éligible à payer la Zakat al Maal.

Au rythme où elle met de l’argent de côté, elle atteint les 4.700€ dix mois plus tard, pile au lendemain de la fête de l’Aïd al Fitr. Elle note cet évènement comme étant sa date de référence désormais.

Une année lunaire après, elle a maintenu son rythme d’épargne et mis 2.400€ supplémentaires de côté.

Le total en sa possession, au lendemain de l’Aïd al Fitr suivant est donc de 7.100€.

Éligible à la Zakat al Maal, elle s’empresse de faire son calcul, sans oublier d’ajouter aux 7.100€ épargnés les 700€ qu’elle a sur son compte courant à cette date et les 50€ en espèces de son portefeuille.

Elle paie donc, ce jour-là, la Zakat al Maal sur 7850€.

Lorsque le nissab est atteint et si l’épargne est restée supérieure à ce dernier durant l’écoulement d’une année lunaire complète (nommée Al Hawl), alors le montant de la Zakat équivaut au quart du dixième, c’est-à-dire un taux de 2,5%. Donc, pour chaque tranche de 1.000€, 25€ de Zakat al Maal sont à verser ; et ce, dès le premier euro et non les gains de l’année uniquement.

La Zakat se paie chaque année sur la totalité de l’épargne, peut importe la date d’acquisition des sommes.

Dès le moment où vous devez vous acquitter de la Zakat, il suffit simplement de diviser vos capitaux par 40. Le résultat sera le montant à reverser aux personnes ayant droit à la Zakat al Maal. Elle doit être versée rapidement à une ou plusieurs des 8 catégories d’ayants droit définies par les textes.

Exemple de calcul :

Un couple avec 2 enfants ont 6 comptes bancaires dont les soldes, à la date du calcul et du versement de la Zakat sont de :

  • Monsieur :
    • Compte courant : 800€
  • Madame :
    • Compte courant : 1.750€
    • Livret A : 5.250€
  • Compte joint du couple : 3.400€
  • Enfant 1 :
    • Compte Jeune : 2.200€
  • Enfant 2 :
    • Compte Enfant : 1.000€
  • Enveloppe espèces dans le tiroir : 70€
  • Espèces se trouvant dans les porte-monnaie du couple et les tirelires des enfants : 350€
  • Argent possédé dans le pays d’origine : équivalent de 1.150€

Total général : 15.970€ soit 15.970 / 40 = 399,25€

399,25€ représente donc 2,5% de 15.970€ et sera la somme à sortir immédiatement à titre de Zakat al Maal.

N.B. : Les savants musulmans affirment que le calcul de la Zakat al Maal de fait sur l’argent licite uniquement. Les autres sources financières non autorisées, comme les intérêts bancaires, les gains des jeux de hasard ou paris sportifs, etc., sont à déduire avant calcul de la Zakat al Maal.

Firdaous Charity France collecte les intérêts bancaires pour les besoins de ses missions.

Un fonds Zakat al Maal existe depuis plusieurs années pour que ces dons soient redistribués conformément aux préceptes légiférés dans les textes religieux.

Les 8 catégories d’ayants droit à la Zakat al Maal, définies par les textes religieux, sont :

  • Les pauvres : Ils ne possèdent rien ou presque et sont dans un extrême besoin.
  • Les nécessiteux : ils ont quelques possessions mais sont dans le besoin malgré tout.
  • Ceux qui sont chargés de recueillir ces dons et de les répartir : Les travailleurs sociaux ou humanitaires en reçoivent une partie pour couvrir leurs frais et leurs salaires pour la bonne collecte et redistribution de la Zakat aux familles pauvres.
  • Ceux dont les cœurs sont à gagner : Les nouveaux musulmans ou ceux qui s’y intéressent sincèrement ont droit à une partie de la Zakat.
  • Les captifs pour leur libération : Historiquement, ce sont les esclaves qu’on voulait affranchir dans le cadre d’un système qui a participé à l’abolition de l’esclavage.
  • Les endettés : Les personnes qui n’arrivent pas à s’affranchir de leur dette si l’emprunt a été contracté pour une cause valable et licite.
  • La voie de Dieu : Tout action bénéfique pour la société et recommandée par les textes comme étudier la science, participer aux projets en faveur de la société, etc.
  • Les voyageurs démunis : Si un itinérant se retrouve, durant son voyage, sans ressources et sans accès à ses richesses, même s’il est fortuné dans sa région d’origine, il a droit à une partie de la Zakat.

La Zakat al Fitr est différente de Zakat al Maal, bien que son versement soit également annuel. Elle est à verser à la fin du mois de jeûne du Ramadan pour chaque membre de la famille, qu’ils aient jeûné ou non et correspond au prix moyen d’un repas dans le pays de résidence (7 euros par personne en 2022).

La Sadaqa est le terme arabe pour désigner l’aumône volontaire. Tout don, hors Zakats et avec la bonne intention, peut être considéré comme une Sadaqa, une bonne action.

Si cet échelonnement est fait par avance, comme un « acompte » sur la prochaine Zakat, oui.

Dans ce cas, il suffira de vérifier, au jour du calcul de la Zakat al Maal, si les sommes versées par avance ont été suffisantes ou s’il faut les compléter par le solde restant.

En revanche, pour une Zakat dont le temps est déjà arrivé, il n’est plus possible de l’échelonner sur le futur car elle est considérée comme une dette dont le terme est arrivé. Elle doit donc être versée dans les plus brefs délais.

Vous l’avez compris, comme la Zakat al Maal est une obligation, son paiement est sujet à rattrapage ; exactement comme une dette envers les pauvres… et c’en est une.

La personne qui n’a pas payé la Zakat les années précédentes par ignorance, oubli ou négligence n’est pas dispensée de la « rattraper ».

Il s’agira donc de faire une estimation du montant total qui aurait dû être versé au fil des ans. Pour cela, il faut retrouver l’année où le nissab a été dépassé par votre épargne et que celle-ci est restée supérieure à ce dernier durant plus d’une année lunaire. Cela constitue votre point de départ (date anniversaire). (Pour retrouver le nissab d’une année donnée, il faut consulter le cours du lingot d’or cette année-là puis multiplier le prix du gramme d’or par 85)

En consultant votre historique (bancaire, économies, etc.), essayez d’estimer au mieux les sommes dont vous disposiez à chaque date anniversaire et faites une division par 40 (ce qui équivaut à 2,5%. C’est votre Zakat de cette année-là). Ensuite, faites de même pour chaque année.

Le total des Zakat est à donner aux pauvres en respectant les catégories d’ayants droit vus plus haut.

Si vous ne pouvez pas tout donner le même jour ; essayez de vous acquitter de votre Zakat en l’échelonnant sur la période la plus courte possible selon vos moyens.
Pour finir, en cas de doute sur les montants, soyez large dans vos calculs et la récompense sera large avec vous.

Oui, il est permis de la donner à une personne pauvre dont vous avez volontairement assumé la charge, tel un orphelin, car il fait partie des ayants droit à la Zakat el Maal.

Attention : Cette intention doit être formulée préalablement et non après le versement car c’est l’intention qui fait d’un don une Zakat ou non.

Oui, à condition qu’elle ne soit pas à votre charge ET qu’elle fasse partie des ayants droit à la Zakat.

Principe général : On ne verse pas la Zakat aux gens dont on est supposé avoir la charge, car ce serait comme se la verser à soi-même, à l’exception du cas où cette prise en charge serait volontaire et non de fait (telle un(e) fils/fille, une sœur ou un parent).

S’il s’agit d’une résidence principale, elle n’entre pas dans le calcul de la Zakat puisqu’elle n’est pas considérée, dans l’esprit du propriétaire, comme un placement financier ou un capital mais un lieu de vie.

En revanche, tout bien, immobilier ou non, destiné à la revente sera considéré comme un capital et sera donc soumis à la Zakat en se basant sur son prix de revente.

En règle générale, tout ce qui représente, pour vous, de l’argent placé doit entrer dans le calcul de la Zakat al Maal, tels les métaux précieux (pièces, lingots, etc.), les actions, les cryptomonnaies, les biens immobiliers autres que la résidence principale, les marchandises, les récoltes, etc.

Quand on a prêté de l’argent à quelqu’un, 2 possibilités se présentent :

  • Si vous savez que cet argent va vous être remboursé bientôt, il faudra l’intégrer dans le calcul de la Zakat al Maal.
  • Dans le cas contraire, cette somme ne doit pas être prise en compte dans le calcul de la Zakat jusqu’à sa récupération effective ou imminente.

L’inverse est vrai : Si vous avez emprunté une somme que vous allez rendre très prochainement, elle n’entre pas dans l’assiette de votre Zakat. En revanche, s’il n’est pas prévu que vous remboursiez cette somme prochainement, il faudra donc l’intégrer à votre calcul de la Zakat.

En tant qu’ONG, nous acceptons les dons en nature (voir liste FAQ donateurs).

S’il vous est plus facile de la donner de cette façon plutôt que financièrement, vous pouvez nous contacter au 01 44 04 24 49 afin que nous vous indiquions l’adresse et horaires de réception des dons en nature.

On n’investit pas la Zakat al Maal dans un waqf car il est indispensable que les ayants droit « prennent possession » (« tamlik » – c’est le terme consacré) de leur dû immédiatement. En revanche, les savants autorisent que la Zakat soit utilisée pour financer le forage de puits car il peut être immédiatement plus rentable et durable que la distribution de colis alimentaires sur le terrain par exemple.

Il y a 3 avis :

  • On peut bénéficier de la réduction fiscale et la redonner l’année suivante ; c’est un avis prudent afin de ne rien « récupérer » de la Zakat al Maal… et le bien est fait 2 fois !
  • Si le donateur ne veut pas que les dons Zakat al Maal figurent sur son reçu fiscal, il peut contacter l’association afin que le reçu fiscal soit édité uniquement avec les autres types de dons et la Zakat al Maal n’y figurera pas ; ainsi, aucune déduction fiscale ne concernera la Zakat.
  • D’après certains spécialistes, la question ne se pose pas car on ne « récupère » rien en vérité.
    L’état calcule et régularise la situation des redevables en globalité : Soit il y a eu trop de taxes et les contribuables sont remboursés sous forme de déductions diverses ; soit ils n’ont pas payé assez d’impôts et l’état supprimera certains avantages fiscaux comme la déduction pour équilibrer la balance financière étatique.

Dans l’ordre des choses, c’est considéré comme la base si la pauvreté est importante autour de soi et c’est même préférable : d’abord la famille, ensuite les proches, les voisins, puis on élargit le cercle.

S’il y a de plus importants besoins à l’étranger, de nombreux savants déclarent qu’il n’y a pas de contre-indication à ce que la Zakat al Maal soit distribuée dans une zone plus éloignée. C’est même conseillé en cas d’extrême pauvreté dans ces zones.

Oui, dans la mesure ou FCF vient en aide à des populations de toutes cultures et confessions, et toujours sans distinction ethnique ou politique, il faut distinguer le fonds Zakat al Maal des autres fonds et procéder à la gestion au moyen de plusieurs caisses. Ce afin de respecter les catégories d’ayants droit et les délais de redistribution.

Dans la religion musulmane, les intérêts sont interdits. D’après les savants, celui qui reçoit des intérêts bancaires doit s’en débarrasser et ne doit n’en bénéficier d’aucune manière et n’en tirer aucun profit, matériel ou non.

Idéalement, il est conseillé de verser les intérêts bancaires à travers un intermédiaire sans que le bénéficiaire sache qu’il s’agit des intérêts bancaires. Un versement via le web à une association humanitaire comme FCF est une solution qui permet de s’en défaire tout en soutenant les missions de l’ONG sur le terrain, notamment l’aide sociale en France (maraudes, SDF, familles vulnérables, etc.)

Si la mosquée en question collecte la Zakat et l’utilise avec respect des règles de redistribution, oui, tout à fait.

Confiez votre Zakat à FCF au profit des plus vulnérables et multipliez vos récompenses !

JE VERSE MA ZAKAT AL MAAL
et redonne le sourire !